Association suisse
pour des investissements
responsables

Médias

Notre centre des médias comprend toutes les nouvelles importantes, communiqués de presse et publications.

24. mars 2020

L’ASIR mène des dialogues d’engagement avec plus de 70 entreprises

Les investisseurs institutionnels suisses sont actuellement appelés à procéder à leurs placements financiers de manière ciblée dans des entreprises qui prennent en compte les aspects sociaux et environnementaux pertinents. L’Association suisse pour des investissements responsables (ASIR) épaule ses membres – des caisses de pensions et assurances suisses – dans cette tâche. Rien que sur le dernier exercice, l’ASIR a mené des dialogues d’engagement avec plus de 70 entreprises dans le monde, les incitant à adopter un comportement responsable. Avec de premiers succès, comme le montre le «Rapport d’engagement 2019» qui vient d’être publié.

Fondée en 2015, l’Association suisse pour des investissements responsables a pour objectif d’aider ses membres à assumer pleinement, en leur qualité d’investisseurs institutionnels, leurs responsabilités vis-à-vis de l’environnement, de la société et de l’économie. Actuellement, dix investisseurs institutionnels – caisses de pensions et assurances[1] – sont regroupés au sein de l’ASIR; la caisse de pensions de Bâle-Campagne (BLPK) est venue s’y greffer en 2019 en tant que dixième membre.

Des dialogues d’engagement couronnés de succès
En étroite collaboration avec des experts opérant à l’échelon international, les travaux de l’ASIR mettent l’accent sur le dialogue avec les entreprises dans lesquelles ses membres investissent. Dans un premier temps, elle contrôle si les entreprises enfreignent la base normative [2]. Pour les entreprises dont le comportement et les pratiques commerciales violent systématiquement et gravement la base normative, l’ASIR cherche, dans un deuxième temps, à mener des entretiens d’engagement avec elles dans le but de les faire évoluer vers une démarche plus responsable. Au total, en collaboration avec son partenaire Sustainalytics, une agence de notation leader dans le domaine de la durabilité, l’Association a mené en 2019 de tels entretiens d’engagement avec plus de 70 entreprises dans le monde entier.

Dans le «Rapport d’engagement 2019» qu’elle a publié ces derniers jours[3], l’ASIR rapporte quelques exemples de cas. Ainsi, elle a pu faire évoluer la Petróleos Mexicanos S.A. (PEMEX), où se produisaient régulièrement de graves accidents du travail, vers une meilleure gestion de la sécurité. Le résultat est visible car depuis, l’entreprise a tout de même divisé par deux le nombre de ses accidents du travail. Dans le cas d’une gigantesque mine de charbon programmée en Australie, la maison mère, après quelques hésitations, s’est montrée prête à publier des programmes relatifs à la protection des nappes phréatiques et de la biodiversité; à présent, il est prévu de vérifier la substance de ces programmes dans le cadre d’un dialogue d’engagement. De même, le dialogue correspondant avec un prestataire financier européen a déjà généré de premières incidences positives: l’entreprise, sous le coup d’un soupçon de blanchiment d’argent de grande ampleur, a entre-temps renforcé ses ressources internes dédiées au contrôle et à la prévention du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme. Dans ce cas également, le dialogue se poursuit.

Exclusion en dernier recours (ultima ratio)
En parallèle avec les dialogues, l’ASIR tient une liste d’exclusion, où elle place des entreprises qui enfreignent la base normative avec leurs produits eux-mêmes. Elle compte avant tout les producteurs d’armes controversées et prohibées, mais aussi des entreprises qui ne se montrent pas ouvertes aux améliorations nécessaires lors des dialogues d’engagement.

La liste d’exclusion de l’ASIR est publique (www.svvk-asir.ch/fr/nos-activites/). Les recommandations d’exclusion publiées depuis 2016 sont désormais respectées au-delà du cercle des membres; elles se sont imposées sur le marché suisse en tant que standards bénéficiant d’une large adhésion.

Focus thématique
La troisième activité de l’ASIR consiste à se consacrer à des thèmes prioritaires dans des questions plus complexes, qui concernent non seulement certaines entreprises, mais plus généralement des branches entières. Concrètement, l’Association s’intéresse actuellement à des aspects du changement climatique et au travail des enfants, toujours répandu dans le cadre de la production de cacao.

Dans ce domaine également, elle recherche le contact avec une sélection d’acteurs majeurs du marché.

Depuis 2018, l’ASIR dialogue, conjointement avec son partenaire d’engagement Sustainalytics, avec 20 leaders mondiaux de la production d’acier et de ciment. Les industries de l’acier et du ciment figurent au nombre des principaux émetteurs de CO2 et engendrent quelque 13% des gaz à effet de serre anthropiques.

Concrètement, l’initiative, qui durera trois ans, consiste à préparer l’industrie à des modèles commerciaux plus compatibles avec le climat et à influer sur la mise en œuvre de mesures en ce sens. Ce dialogue enregistre aussi entre-temps des résultats positifs: plusieurs entreprises opérant à l’échelon international ont désormais annoncé des séries de mesures visant à améliorer la compatibilité avec le climat.

 


[1] Membres fondateurs (depuis 2015): BVK, Caisse de pension du canton de Zurich, compenswiss (fonds de compensation AVS/AI/APG), comPlan (Caisse de pensions de Swisscom), la Caisse fédérale de pensions PUBLICA, la Caisse de pensions Poste, la Caisse de pensions CFF et Suva. Autres membres: la Mobilière (2018), la Caisse de pensions Migros (2018), la Caisse de pensions de Bâle-Campagne – BLPK (2019).

 

[2]Base normative = la base normative de l’ASIR repose sur les normes et valeurs de la population suisse, établies selon un consensus démocratique, qui s’expriment dans la Constitution fédérale, les lois et ordonnances, ainsi que dans les accords internationaux ratifiés par la Suisse.

 

[3] Vous trouverez le «Rapport d’engagement 2019» sous https://www.svvk-asir.ch/documents

5. février 2019

Après un exercice fructueux, l’ASIR publie son rapport d’engagement 2018

L’association suisse pour des investissements responsables (ASIR) a de nouveau connu un exercice prospère et publie pour la première fois un rapport d’engagement pour 2018. Après sa fondation en décembre 2015, l’ASIR a réussi sa phase de développement et fait le bilan des premiers succès de l’approche d’engagement qu’elle a suivie.

L’ASIR publie pour la première fois un rapport d’engagement pour l’exercice 2018. Avec la publication de son rapport et la conclusion réussie des premiers engagements, l’ASIR a terminé sa phase de développement. Sur la base d’un consensus démocratique, elle a établi une base normative sur laquelle reposent les services pour ses membres dans le domaine de l’ESG. L’ASIR propose actuellement un screening, des recommandations d’exclusion et surtout un processus d’engagement structuré. Avec l’adhésion de la Mobilière et de la Caisse de pensions Migros, la base des membres s’est agrandie en accueillant en 2018 ces deux grands investisseurs renommés. Des entretiens sont menés avec d’autres membres intéressés. 

La directrice, Madame Jacqueline Oh, quittera l’ASIR de son propre gré en juin 2019. «Après que les principaux objectifs de développement ont été atteints, le moment est venu de procéder à un changement au sein de la direction», explique Jacqueline Oh. L’ASIR rend hommage au travail de Jacqueline Oh et la remercie pour l’engagement dont elle a fait preuve au cours des trois dernières années. Le comité publiera l’offre et repourvoira ce poste. 

Après une phase de développement réussie, l’ASIR se servira des expériences et processus existants pour continuer à se focaliser sur le screening et l’engagement en faveur de ses membres et ainsi contribuer activement aux initiatives globales visant à lutter contre la pauvreté, le travail des enfants et le changement climatique.

14. décembre 2017

L’ASIR accueille deux nouveaux membres

Berne, le 14 décembre 2017. Deux nouvelles institutions rejoignent l’association suisse pour des investissements responsables ASIR: la Mobilière et la Caisse de pensions Migros. L’admission d’autres nouveaux membres est en cours d’évaluation.

A compter du 1erjanvier 2018, deux institutions supplémentaires, la Mobilière et la Caisse de pensions Migros, rejoindront l’association suisse pour des investissements responsables ASIR. 

La société d’assurances la Mobilière, organisée en coopérative, et la Caisse de pensions Migros ont toutes deux un lien fort avec la population suisse et représentent une part substantielle de cette dernière. Ces deux institutions partagent la base normative définie par l’ASIR, qui repose sur la Constitution fédérale, les lois et ordonnances suisses et les conventions internationales ratifiées par la Suisse. 

Avec plus de 5000 collaborateurs, la Mobilière est présente sur 160 sites en Suisse et assure un ménage sur trois en Suisse. Au total, la Mobilière gère une fortune d’environ 21 milliards de francs.

La Caisse de pensions Migros administre une fortune de plus de 23 milliards de francs pour plus de 80 000 assurés. Avec plus de 100 000 collaborateurs, la Migros est le plus grand employeur du secteur privé en Suisse et est présente sur plus de 600 sites.

L’association suisse pour des investissements responsables ASIR a été fondée en décembre 2015 par des investisseurs institutionnels de renom. Son objectif est de soutenir ses membres dans la mise en œuvre de leur stratégie pour le développement durable. Grâce à l’admission circonspecte de nouveaux membres, l’association ASIR peut proposer ses services aux membres de façon encore plus efficace.

Les membres fondateurs de l’ASIR sont: BVK, organisme de prévoyance du personnel du canton de Zurich, compenswiss (fonds de compensation AVS/AI/APG), comPlan, la Caisse de pensions Poste, la Caisse de pensions CFF, la Caisse fédérale de pensions PUBLICA et Suva. 

10. mars 2017

SVVK-ASIR recommande à ses membres l’exclusion de 15 entreprises d’armement

L’association suisse pour des investissements responsables (ASIR) a publié sur son site Internet une liste de 15 entreprises travaillant dans le secteur de l’armement. Elle recommande à ses membres de ne pas investir dans ces entreprises.

Les 16 entreprises concernées sont des sociétés des Etats-Unis, d’Inde, d’Israël, de Russie, de Roumanie et de Corée, dont les produits ne respectent pas la législation suisse et les conventions internationales, plus précisément les conventions d’Ottawa et d’Oslo, ainsi que le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Ces accords ratifiés par la Suisse interdisent le développement, la fabrication, le stockage et l’exploitation d’armes à sous-munitions, de mines antipersonnel et d’armes nucléaires. Cette liste d’exclusion est la première mesure concrète de l’ASIR. En collaboration avec des partenaires externes, l’ASIR contrôle constamment la liste d’entreprises recommandées pour l’exclusion. Au cours des prochains mois, les membres de l’association vont étudier comment appliquer ces recommandations au niveau de leurs portefeuilles.

De plus, l’association s’investit pour que les critères normatifs déterminants, environnementaux, sociaux et de gouvernance, soient respectés par les entreprises figurant dans les portefeuilles des membres de l’association. A cette fin, l’ASIR va ouvrir le dialogue avec certaines entreprises. Si ce dialogue devait échouer et que des infractions graves aux critères normatifs devaient encore être constatées, l’association recommandera également l’exclusion de ces entreprises à l’avenir.

L’association suisse pour des investissements responsables (ASIR) a été fondée en décembre 2015 par des investisseurs institutionnels de renom. Son objectif est de soutenir ses membres dans la mise en œuvre de leur stratégie pour le développement durable. Les membres fondateurs de l’ASIR sont:  BVK Personalvorsorge des Kantons ZürichcomPlan, compenswiss (Ausgleichsfonds AHV/IV/EO), Pensionskasse Post, Pensionskasse SBB, Pensionskasse des Bundes PUBLICA und Suva.

22. avril 2016

Jacqueline Oh prend la direction de l’Association Suisse pour des investissements responsables (SVVK – ASIR)

Berne, le 22.04.2016. Le Comité directeur de l’Association Suisse pour des investissements responsables (SVVK ASIR) créée le 3 décembre 2015 par sept investisseurs institutionnels a nommé sa directrice en la personne de Madame Jacqueline Oh. Elle prendra ses fonctions en mai 2016 et sera chargée d’instituer le bureau de l’association, d’en assurer la direction et de garantir les services proposés aux membres.

On attend aujourd’hui des investisseurs institutionnels, parmi leurs devoirs fiduciaires, qu’ils fassent preuve d’une attitude responsable en intégrant également des critères ayant trait à l’environnement, aux aspects sociaux et à la gouvernance (critères ESG). Les sept membres fondateurs de l’Association Suisse pour des investissements responsables (SVVK – ASIR) créée le 3 décembre 2015 souhaitent incarner cet engagement, ensemble et aussi efficacement que possible, en le fondant sur des critères objectifs.

Fin mars 2016, le Comité directeur de la SVVK – ASIR a décidé de confier la direction du bureau de l’association à Madame Jacqueline Oh, économiste. Madame Oh a obtenu son master en management et économie à l’Université de Zurich. Elle a travaillé plusieurs années dans les domaines du conseil et du business development au sein de banques suisses avant de rejoindre la banque Julius Baer, notamment dans le cadre de missions liées aux investissements socialement responsables. Elle dispose d’une solide expérience de la gestion de projets et de la mise en œuvre de stratégies de développement durable dans le secteur financier. Jacqueline Oh prendra ses fonctions en mai 2016. Elle aura pour mission d’instituer le bureau de la SVVK – ASIR dont elle assumera la direction et de garantir aux membres fondateurs l’accès aux services proposés par l’association.

Les membres fondateurs de la SVVK – ASIR sont les suivants: BVK Personalvorsorge des Kantons Zürich, compenswiss (fonds de compensation AVS/AI/APG), comPlan, Caisse de pensions Poste, Caisse de pensions CFF, Caisse fédérale de pensions PUBLICA et Suva.

7. décembre 2015

Fondation de l’association suisse pour des investissements responsables (ASIR)

Le 3 décembre 2015 les institutions BVK Personalvorsorge des Kantons Zürich, compenswiss (fonds de compensation AVS/AI/APG), comPlan, Caisse de pensions Poste, Caisse de pensions CFF, Caisse fédérale de pensions PUBLICA et Suva ont fondé « l’association suisse pour des investissements responsables (ASIR) ». Les membres fondateurs de l’ASIR gèrent au total une fortune dépassant les CHF 150 Milliards. Le devoir fiduciaire des membres fondateurs exige une extension du processus de placements aux critères ESG (Environment, Social, Governance). Par la fondation de l’ASIR, les membres fondateurs remplissent ce devoir de la manière la plus efficiente possible.

 

L’intégration des thèmes ESG dans le management des risques

L’ASIR vise une transparence maximale en ce qui concerne le respect des critères ESG par les entreprises qui se trouvent dans l’univers de placement. L’ASIR permet ainsi à ses membres d’intégrer les critères ESG dans le management des risques du processus de placement. Les services de l’ASIR permettront aux membres d’administrer fiduciairement et prudemment l’argent dans l’intérêt des clients, de manière adéquate et efficiente.

Les normes et valeurs suisses

Les membres fondateurs de l’ASIR sont au service d’une partie représentative de la population suisse. Les lois et ordonnances, les conventions et accords internationaux (par ex. la Convention sur les armes à sous-munitions) sont une base logique pour définir les critères ESG puisqu’à leur source se trouve un consensus démocratique. Les 10 principes du United Nations Global Compact, auquel appartiennent plus de 8‘000 entreprises de 145 pays, couvrent en outre les accords internationaux signés par la Suisse.

Le dialogue avec les entreprises

L‘ASIR identifie à l’aide des critères ESG, par l’examen et la surveillance de l’univers de placement de ses membres, les entreprises problématiques, axant son analyse sur les entreprises étrangères et globales. Un processus de dialogue est alors engagé avec ces entreprises dites problématiques. Pour l’ASIR, le dialogue est l’instrument le plus efficace pour représenter les intérêts de ses membres. Le travail de dialogue est confié à des spécialistes externes possédant les réseaux et le savoir nécessaires.  

La liste d’exclusion, l’ultima ratio

Si un dialogue direct avec une entreprise est possible, mais ne peut conduire à une amélioration, l’entreprise est placée sur la liste d’exclusion de l’ASIR. Cette liste est régulièrement actualisée et mise à disposition des membres. Chaque membre de l’association décide librement s’il exclue un titre de son portefeuille ou non. L’ASIR publie la liste d’exclusion sur son site officiel.

L‘affiliation

L’affiliation est ouverte aux grands investisseurs institutionnels suisses tels que les institutions de prévoyance, les fonds de compensation et les assurances.

Informations sur les membres fondateurs

Pour de plus amples informations sur les membres fondateurs, veuillez consulter leur site respectif : www.bvk.ch, www.pk-complan.ch, www.compenswiss.ch, www.pkpost.ch, www.pksbb.ch, www.publica.ch et www.suva.ch.

Suchergebnisse für: